Conditions hivernales rigoureuses et bolides : une association bénie des dieux !

La deuxième manche de la saison du WRC de la FIA nous a entraîné dans les forêts figées par le gel de Suède et de Norvège. Si les paysages étaient splendides, le rallye n’a rien eu à leur envier !

Après un lever de rideau palpitant à Monte-Carlo, Ogier et Neuville auraient dû reprendre leur duel en Suède. Mais les choses ont rapidement évolué. Les conditions hivernales ont mis au défi toutes les équipes, pour le plaisir des yeux de tous ! Tänak a rapidement pris le dessus en devançant Neuville, tandis qu’Ogier a perdu un temps considérable suite au blocage de sa voiture.

Du début à la fin, le rallye de Suède s’est noyé dans la foule. Les acclamations des amateurs de rallye témoignent du plaisir qu’ils ont pris à apporter du bois et de la nourriture pour alimenter leurs nombreux feux de joie, à observer les sauts des voitures et à profiter des poussées occasionnelles des voitures qui tentaient de se dégager des bancs de neige. Si le rallye était très divertissant pour les spectateurs, sans oublier les sauts en hauteur de Colin’s Crest, il convenait de ne pas sous-estimer les défis hivernaux.

La forêt a offert son lot de neige, de verglas, de boue et même de gravier à certains endroits. Après un démarrage sur pneus cloutés à la conquête de la neige, les pilotes de rallye ont concentré toute leur attention sur les conditions de conduite changeantes. Les routes enneigées se sont rapidement transformées en verglas et en boue provoquant une adhérence incertaine.
D’une route à l’autre : les tristement célèbres bancs de neige ! Réputés pour leur difficulté, mais souvent utilisés pour rebondir sur la route, ces derniers constituent de véritables obstacles. La frontière est mince, même pour le double champion du monde des rallyes, Marcus Grönholm, qui en a déjà fait l’expérience. Les pelles se sont avérées indispensables pour lui et les autres pilotes. Mais tous n’ont pas connu le même succès. Au vu du rythme effréné qu’il a imprimé à la course, faisant fondre la route, Ott Tanäk méritait de remporter la victoire.

Cap à présent vers le soleil du Rallye de Guanajuato au Mexique !